Examen pratique : le nouveau protocole sanitaire prévu pour le 6 juillet fait polémique

02/07/2020 Formations/Examens
Formations/Examens Examen pratique : le nouveau protocole sanitaire prévu pour le 6 juillet fait polémique

Suite aux plaintes de nombreux inspecteurs, le Snica-Fo avait demandé un allégement du protocole sanitaire, notamment en abandonnant les housses en plastiques jetables et les visières lors des examens pratiques. Une demande qui a été entendue par la Direction générale de la santé.


Obligation de l’installation d’une paroi souple
Ainsi, un nouveau protocole sanitaire qui doit entrer en application le 6 juillet, a été validé dans lequel les housses et les visières ne sont plus obligatoires. Seuls, le port du masque et la désinfection des véhicules continuent de constituer une obligation et la climatisation reste interdite. Mais le protocole sanitaire comporte une nouvelle obligation : l’installation d’une paroi souple entre l’avant et l’arrière du véhicule.


Les auto-écoles révoltées
Une obligation qui a aussitôt fait bondir les écoles de conduite qui ont déjà beaucoup investi pour mettre en conformité leurs locaux et véhicules avec la première version du protocole sanitaire, pour assurer la sécurité des élèves, des salariés et des inspecteurs dès la reprise de l’activité à la sortie du confinement. Sans parler que comme le fait remarquer Philippe Colombani, président de l’UNIC, « en définitive, ce protocole s’avère être plus contraignant que l’ancien ». Absurde ! Et, comme le souligne, par ailleurs, Patrick Mirouse, président de l’UNIDEC, « exiger de s’équiper de cloisons séparatrices en moins d’une semaine, on marche sur la tête… le délai est intenable ».


Un stock insuffisant
En effet, plusieurs sociétés proposent des systèmes de séparation souples. C’est le cas, par exemple, de Gruau, qui a développé une paroi souple que l’on pose soi-même en une dizaine de minutes, pour les Citroën C3, Peugeot 208, Renault Clio IV et Clio V. Mais il est à craindre que les équipementiers ne disposent pas de stocks suffisants pour répondre à la demande, en un délai aussi court. Alors, « attention au bricolage, prévient Patrice Bessone, président du CNPA-ER. Certains essaient de poser des rideaux de douche ! Mais en cas d’accident dû à ce matériel mal posé, la responsabilité de l’exploitant sera engagée. »


Accord trouvé entre auto-écoles et inspecteurs
Finalement, après discussions, un consensus a été trouvé entre les syndicats auto-école et le Snica-Fo : la paroi de séparation ne sera finalement pas obligatoire. Par contre, l’accompagnateur assis à l’arrière du véhicule continuera de porter le masque et la visière. Une demande a donc été faite pour qu’une troisième version du protocole sanitaire soit validée par l’administration. « Pour le moment, nous n’avons pas eu de réponse, affirme Patrice Bessone, mais on espère en avoir une d’ici le 6 juillet. Sinon, prévient le président du CNPA-ER, « on fera annuler les examens et on convoquera la presse pour expliquer la situation. » De leurs côtés, l’UNIC et l’UNIDEC déclarent qu’ils continueront d’appliquer le protocole actuel et, si les examens sont annulés, ne manqueront pas de communiquer auprès du public via les médias.

À LIRE AUSSI

Polémique sur la fermeture partielle des auto-écoles

La délégation à la Sécurité routière et les syndicats auto-écoles ont une interprétation différente du décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020 publié le 30 octobre 2020 au Journal Officiel. Selon la DSR, les auto-écoles doivent fermer partiellement, tandis que les syndicats auto-écoles comprennent que les écoles de conduite ont le droit de continuer à donner des cours.
30/10/2020 Formations/Examens